Réduction mammaire : comment cela se passe-t-il exactement ?

femme de dos

Oui, une poitrine excessivement généreuse peut devenir un problème ! Fort heureusement, vous pouvez redimensionner vos seins pour les rendre moins volumineux.

Je vous décris dans cet article la réduction mammaire et son prix. J’y aborde également le déroulé d’une telle intervention et le suivi médical qu’elle nécessite.

Présentation de la réduction mammaire et de son utilité

La réduction mammaire constitue une chirurgie esthétique des seins qui vise à diminuer leur taille et à les remodeler. Les bonnets E et F se révèlent assez volumineux et lourds, mais la réduction concerne aussi des femmes qui ont des poitrines encore plus grosses.

Ces tailles contraignent les femmes à porter en permanence un soutien-gorge qui maintient fermement la poitrine. Elles entrainent généralement une déformation de la silhouette. Une poitrine excessivement généreuse peut devenir un véritable handicap avec des douleurs dans le dos et l’incapacité d’effectuer certains exercices physiques. Une réduction mammaire s’explique donc par des raisons fonctionnelles et esthétiques.

Elle représente une excellente solution pour les femmes désireuses de se réconcilier avec leur corps. Cette opération coûte environ 5 000 à 6 000 €. Les mutuelles supportent les honoraires du chirurgien en partie ou en totalité. Si le spécialiste retire plus de 300 grammes par sein, la sécurité sociale prend entièrement en charge l’intervention.

Le déroulé d’une réduction mammaire et le suivi médical

Le chirurgien commence toujours par réaliser des esquisses préalables. Il définit notamment la taille et les rondeurs qu’afficheront les seins après l’intervention.

Lors de l’opération, la patiente reste assise en vue d’une sculpture aisée de chaque sein. Le professionnel crée trois ouvertures sur chaque sein. Il aspire par ces orifices des graisses au plus près du muscle pectoral. La quantité de tissus adipeux retirés dépend essentiellement du volume de la poitrine.

Les chirurgiens recourent souvent à la liposuccion pour les femmes âgées et proches de la ménopause. Cela favorise une cicatrisation rapide. Ils envoient systématiquement les cellules récupérées en laboratoire. Des spécialistes procèderont à des analyses pour confirmer l’absence de toute tumeur cancérogène.

Après l’opération, les seins pointent toujours vers le haut de manière très esthétiques. Le chirurgien s’assure qu’ils retomberont convenablement et retrouveront toute leur splendeur après quelques mois. L’intervention dure environ 4 bonnes heures et s’effectue sous anesthésie générale.

La patiente subit souvent un changement de pansement 6 jours après l’opération. Le chirurgien utilise exclusivement des fils résorbables. Il n’aura donc pas à les retirer. Dès la 6e semaine, un contrôle de sécurité a lieu pour s’assurer de l’absence de tout problème.

Après 6 mois, le spécialiste procède à une vérification d’évaluation et de stabilisation. À l’issue de l’intervention, les seins conservent leur fonctionnalité d’allaitement.

Les risques de complications

Le chirurgien peut sectionner par inattention des vaisseaux sanguins lors de l’intervention. Cela peut provoquer une nécrose de l’aréole et du mamelon. Cela reste assez rare. Dans une telle situation, une réparation s’impose.

Des cas d’infection peuvent aussi s’observer après l’acte. Ils se révèlent sans risque majeur si la patiente bénéficie d’une prise en charge rapide.

L’hématome postopératoire représente également une des complications possibles. Cela relève généralement d’une brusque augmentation de la tension liée à un choc émotionnel.

Une reprise de la chirurgie intervient dans environ 5 % des cas. Elle se justifie souvent en cas d’hypertrophie du sein. Elle permet aussi de corriger une asymétrie trop accentuée.