Prêt bancaire Immo : le parcours de la combattante !

chambre de mes rêves

Cela fait trois ans que je suis locataire et chaque mois, voir mon épargne partir en fumée dans le paiement d’un loyer m’ennuie. J’ai donc pris comme résolution début 2018 de rechercher un appartement à acheter sur Nantes.

Jamais je n’aurais pensé que trouver un crédit serait si dur !

Ma situation et les freins pour le prêt

Avant de pouvoir réfléchir à « Quel taux immobilier est le meilleur ? », la question est surtout « Va-t-on accepter de me prêter de l’argent ? » !

Je suis célibataire et mes revenus sont constitués à 70% de mon emploi de salariée dans la communication et 30% dans des revenus obtenus grâce à une micro-entreprise. Ces derniers sont totalement ignorés par la plupart des banques au motif qu’ils ne sont pas fixes.

Je n’ose imaginer le pétrin dans lequel je serais si je travaillais seule en tant qu’auto entrepreneuse !

J’ai également une petite fille à charge et comme elle grandit, plusieurs banquiers m’ont expliqué qu’ils prenaient en compte ce facteur en prédisant une augmentation des dépenses quand elle grandirait, tandis qu’ils ne peuvent prédire la même chose pour mon revenu avec certitude… Belle logique, non ?

Je suis passée par un courtier

J’ai passé un mois et demi à prendre des rendez-vous chez les banques en me confrontant toujours aux mêmes problématiques. Les rares fois où l’on était d’accord pour m’allouer un prêt, la somme était ridiculement basse. Pour toutes les personnes habitant Nantes, vous devinez facilement qu’avec 50 000€, on ne va pas trouver grand-chose dans la ville…

La solution a été trouvée un vendredi soir alors que j’étais avec des amis. Yves, un homme que je ne connaissais pas encore, m’a parlé des courtiers. Pour trouver le prêt pour l’achat de sa maison, il avait fait appel à un professionnel du secteur sur Nantes.

J’avais toujours pensé que ces services étaient réservés aux personnes ayant besoin de gros emprunts, de 400 000€ ou plus. Or, ce n’est pas le cas ! J’ai pris rendez-vous et j’ai pu rencontrer un courtier trois semaines après.

Il a rapidement compris ma situation et m’a expliqué qu’il rencontrait souvent des situations similaires, surtout chez les femmes célibataires avec des enfants. Le gros point positif d’un courtier, c’est que ses services sont entièrement gratuits pour vous ! Comment est-ce possible ?

Tout simplement parce qu’il se rémunère auprès de la banque qui lui verse une commission pour tout contrat signé auprès d’eux.

J’ai reçu ses propositions deux mois après. Ce coup-ci, je n’avais pas une pauvre offre pourrie, mais trois belles pour le montant que je souhaitais : 150 000€ d’emprunt. Cette somme est remboursable sur 20 ans, ce qui me donne des mensualités légèrement supérieures à mon loyer, mais rien qui ne mette dans une situation financière inconfortable.

Pour le taux d’intérêt immobilier, j’avais lu sur Internet que les plus bas étaient actuellement aux alentours de 1.10%. Mon courtier n’a pas trouvé de banques capables de m’offrir ce montant à cause de ma situation. Par contre, j’ai obtenu du 1.70%, qui monte à 1.85% avec l’assurance, ce qui est très raisonnable… Surtout quand on se rappelle que personne ne voulait me prêter avant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *