Comment j’ai obtenu le meilleur crédit auto pour ma Mini ?

voiture mini rover

Pendant des années, j’ai roulé avec une Clio. Mais, pour bien débuter l’année 2019, j’ai eu l’honneur de la retrouver détruite un dimanche matin. Apparemment, un chauffard avait pris son virage trop large et a embouti l’avant de la voiture, puis est reparti sans prévenir… Étant donné son ancienneté, l’assurance m’a remboursé selon l’argus, soit rien du tout (quelques centaines d’euros).

Même si j’habite en ville, il m’est impossible de me passer de voiture car je dois souvent me rendre sur la cote Atlantique. Mes finances faisant la tête, j’ai dû passer par un crédit afin d’acheter ma nouvelle Mini.

Voici comment j’ai fait pour payer le moins cher possible.

Profiter des crédits à taux zéro

C’est la meilleure solution, mais je n’étais pas éligible. Les constructeurs proposent souvent en fin d’année des crédits à taux zéro. Ils souhaitent vendre le maximum d’autos avant la fin de la période comptable et font donc de belles offres.

Si vous achetez neuf ou chez un gros concessionnaire, essayez d’avoir ces crédits à taux zéro. Comme j’ai pris une voiture d’occasion sur Le Bon Coin, je n’ai pas eu cette opportunité.

Maximiser l’apport

Plus vous avez un fort apport, plus vous avez de chances d’obtenir un crédit et un bon taux. Au lieu d’emprunter 10 000€ à une société de crédits, j’ai préféré maximiser mon apport en acceptant de l’argent de mes parents.

Ils m’ont prêté 4000€ que je vais leur rembourser par petites mensualités (nous nous sommes mis d’accord sur 100€ par mois pendant 40 mois) et ne paierai pas de taux d’intérêt.

Faire jouer la concurrence

Pour les 6000€ restants nécessaires pour financer ma Mini, j’ai dû me résoudre à emprunter. Mais, même si je m’entends bien avec mon banquier, je ne suis pas passé par son établissement. Étant donné que j’ai déjà un crédit immobilier, il acceptait uniquement de me prêter contre un taux énorme.

La vraie logique de banquiers : « Comme vous avez peu d’argent, vous devrez en rembourser plus ! ».

À la place, je suis allée sur un site spécialisé, creditauto.fr pour ne pas le citer, et j’ai fait diverses recherches et simulations. L’avantage est de pouvoir rapidement comparer les différents assureurs (Sofinco, Cetelem, Cofidis…) et les scénarios possibles (nombre de mensualités, montant emprunté…).

L’autre bénéfice de la concurrence est d’avoir une meilleure marge de négociation quand vous discutez avec le conseiller. Les assurances sont le meilleur exemple. Qu’importe le crédit choisi (immobilier, auto, consommation…), vous pouvez être sûr que des assurances vont vous être proposées, voire pire, imposées.

Pour ma Mini, cela faisait passer mes mensualités de 277 à 308€. Sur près de 3 ans, cela fait tout de même plus de 1000€ d’assurance, soit 10% du montant emprunté ! J’ai donc réussi à négocier pour payer uniquement leur assurance obligatoire pendant 8 mois.