« Comment on fait les bébés » expliqué à ma fille de 5 ans

un enfant avec un bébé

A 5 ans, les enfants commencent à poser beaucoup de questions. Ces dernières peuvent parfois vous surprendre, certaines peuvent même être indiscrètes. Comment donc réagir et quelles sont les réponses adaptées si votre petite fille de 5 ans vous demande comment on fait les bébés ?

C’est d’ailleurs l’une des questions les plus inévitables que les enfants posent à cet âge. Ma fille me l’a posée l’année dernière et j’avoue avoir séché sur le coup. Avec le recul, j’ai trouvé de meilleures réponses

Quelle attitude adopter face aux curiosités d’un enfant ?

A partir de 5 ans, les enfants commencent à connaître leur corps. Ils savent qu’il existe 2 sortes de sexes : d’une part, il y a les garçons et de l’autre, il y a les filles. Ils commencent également à être curieux de savoir comment ils sont venus au monde.

Ils sont au courant que les bébés naissent du ventre de leur mère mais la question qui les préoccupe est de savoir de quelle manière. Pour répondre correctement à cette question sans risquer de brusquer votre enfant, les termes utilisés, le moment et l’endroit ainsi que beaucoup de conditions sont à prendre en compte.

A quel moment lui parler ?

Pour répondre au mieux aux préoccupations de votre enfant concernant la conception, laissez à votre enfant le choix du moment pour poser ses questions. N’essayez pas de le solliciter pour aborder la conversation.

Ainsi, vous pourrez cerner les raisons pour lesquelles cette question vous a été posée et votre enfant aura sa réponse au moment voulu. Pour le cas de ma fille, c’était juste après avoir regardé un documentaire sur l’accouchement d’animaux et c’était normal que mon enfant se pose certaines questions. Le moment doit donc être idéal et solliciter par l’enfant.

Peut-on lui parler des histoires de cigognes ?

Parler franchement et sans détour, c’est la seule manière de bâtir une relation de confiance entre les parents et les enfants. Ne vous trompez pas, un enfant de 5 ans est en âge de comprendre que l’histoire des choux et des cigognes ne répond pas vraiment à leurs attentes. Pour lui, ce type de réponse pourrait même sous-entendre la volonté des parents de garder étrangement le secret sur le sujet.

En employant des mots simples, commencez plutôt par lui expliquer les relations entre un homme et une femme. Dites que des rapprochements intimes peuvent exister et provoquer la présence du fœtus et entraîner ainsi la grossesse. Petit à petit suivant l’évolution de votre enfant, vous pourrez poursuivre votre discours par des informations plus précises.

Quel type de langage employer ?

Construisez vos phrases avec des mots simples et imagés. Profitez-en aussi pour employer le vocabulaire scientifique que votre enfant apprend à l’école. Utilisez par exemple des mots comme « pénis » au lieu de « zizi ». L’important est de mettre votre enfant en confiance et de lui montrer que vous le prenez pour un grand qui est en mesure de comprendre.

Il faut choisir le bon endroit

Vous l’avez compris, les réponses à donner aux enfants doivent être bien réfléchies. Pourtant, les questions arrivent souvent au moment où vous y attendez le moins.

En effet, il ne serait pas convenable d’aborder un tel sujet dans un supermarché ou bien dans la salle d’attente du médecin. Si un tel cas se présente, répondez tout simplement par exemple que la question de votre enfant est importante et nécessite un endroit plus calme est plus convenable pour y répondre.

En conclusion, il faut souligner que vous ne devez surtout pas être gênés face aux questions posées par vos enfants. Vous devez gagner leur confiance en fournissant des informations simples mais réelles.

En fonction de l’âge de votre enfant, vous devez adopter un langage adapté. N’essayez pas de fuir les questions au risque de les laisser sans réponse.

Cette situation peut en effet devenir frustrante et pourra plus tard devenir une problématique pour votre enfant. Les préoccupations de l’enfant auxquelles les parents n’ont pas su répondre peuvent en effet constituer un obstacle à son épanouissement.