Comment favoriser le bien-être de l’enfant dans une garde partagée ?

maman célibataire avec deux enfants

Le divorce ou la séparation des parents est souvent vécu comme une épreuve très compliquée pour les enfants. Généralement, ce changement dans la cellule familiale peut avoir un impact sur l’éducation et le bien-être des enfants.

Dans ce cas, et dans un cadre de garde partagée, comment favoriser leur bien-être ?

Un divorce ou une séparation des parents sans conflit

Les juges, dans le cadre des procédures de divorce ou de séparation, sont fréquemment amenés à prendre des décisions relatives à l’autorité parentale et à la garde des enfants. Les Législations occidentales prévoient souvent d’axer leurs décisions en fonction de l’intérêt général de l’enfant.

Chaque cas doit être pris séparément et non, suivre des principes généraux. S’il est vrai que la séparation ou le divorce de parents est une situation vécue désormais courante pour les enfants, les effets diffèrent d’un enfant à un autre.

Cependant, il y a trois facteurs qui souvent, affectent le bien-être des enfants pendant et après la séparation. Ce sont :

  • le degré et la durée des hostilités entre les parents,
  • la qualité des pratiques parentales,
  • la qualité de la relation parent-enfant.

Même lorsque nous vivons des changements difficiles dans notre propre vie, nous devons apprendre à gérer nos conflits, à exercer nos fonctions parentales de façon efficace et nourrir des relations chaleureuses et affectueuses avec nos enfants. Ils ne doivent pas vivre les récupercussions directes d’un couple qui ne marche plus.

Pour favoriser leur bien-être, nous parents, devons être les premiers, par nos attitudes, à chercher à atténuer et positiver les conséquences négatives et potentiellement sérieuses des impacts sur eux.

Notre rôle ne saurait être surestimé.

L’impact du divorce sur les enfants est très bien connu. Lorsque les parents déménagent, s’ils sont avec l’un et sans l’autre, les enfants le vivent en manifestant des émotions douloureuses, dont la tristesse ou l’enfermement sur eux-mêmes.

Ils peuvent aussi s’exprimer par une baisse du rendement scolaire, une faible adaptation psychologique, sociale et émotionnelle et un manque de confiance en soi.

Dans certains cas, la santé physique et celle psychique des enfants sont affectées, surtout dans un cas de conflit élevé. Ils peuvent également se mettre à avoir du ressentiment envers leurs parents ou celui des deux qu’ils considèrent comme le coupable du divorce.

Que faire pour favoriser le bien-être de l’enfant ?

Dans le cas d’une séparation ou d’un divorce, il est tout à fait normal que les parents se sentent dépassés par les événements et donnent l’impression de manquer de temps, d’énergie et d’attention à consacrer à leur enfant. C’est une erreur à éviter. En effet, c’est le moment propice pour mieux l’encadrer et l’aider à combler le manque.

Pour favoriser le bien-être de votre enfant lors de cette période, vous devez être aussi disponible et sensible à tous ses besoins autant que possible. Vous gagnerez aussi à maintenir la discussion ouverte, lui laisser un cadre où il peut s’exprimer et dévoiler ses peurs et ses frustrations. Si vous ne devez pas dévoiler tous les secrets de votre couple, ne cachez pas votre intention de vous séparer et ne lui faites pas de faux espoirs. Les enfants ont souvent un fort désir de revoir les parents ensemble.

L’autre erreur à ne pas commettre, c’est de critiquer ou de dire du mal de l’autre parent que ce soit en sa présence ou en son absence. Vous aurez aussi intérêt si cela est possible, de faciliter autant que possible, la relation entre l’enfant et son autre parent. Permettez-leur donc de rester en contact par téléphone, texto ou Skype. Un enfant a besoin de sa père et de sa mère.

Tenter aussi de maintenir une routine puisque l’encadrement est généralement sécurisant pour l’enfant. Au besoin, n’hésitez pas à solliciter de l’aide de vos proches pour vous accompagner. S’il allait dans un club sportif avant le divorce ou sortait souvent au cinéma avec un des parents, ne stoppez pas cette habitude.

En définitive, continuer de soutenir son enfant, en maintenant une parfaite harmonie avec l’autre parent, est la meilleure solution pour favoriser son bien-être sur le long terme.

Si vous avez des rapports conflictuels avec votre ancien partenaire, gardez les discussions houleuses en dehors des yeux et des regards des enfants.